a.P.A.t.T. Article from Lille’s ‘Pepperback’

Google translate anyone???

Drummer takes the keyboard, guitar and starts singing the second
keyboard blows a saxophone. This is normal, it aPAtT. And after
sweet time to pop foutraque Bonzo Dog Doo-Dah Band, the group
provides flood sludge that is bleeding the speakers. You can bet
yet they change all their instruments and deliver a pastiche
bossa nova, klezmer or sticker. This is normal, it aPAtT. After that,
how not to be impressed by the collective key to everything and
elusive Liverpool who plays as well as pop music
contemporary form of aPAtT Orchestra. It is impossible
catalog their music. And all the better because it’s the last thing
they want. They eat up all the racks with genius. To
understand people who have not seen them in concert, one can only
compare their approach with that of other groups. They have fun madness
and sometimes schoolboy Mr Bungle, the thirst for the Mothers of Invention
and intellectual deconstruction of the Residents. They are inspired by all
styles to create music without any limitations. They like
experimentation, but one thing is certain: they pop, in the sense
the broadest and most noble of the term. You’re a bit lost? This is normal,
aPAtT it.
After the first concert in 2009, was invited aPAtT a week
last December for the new project of the aircraft “Be My Guest”: a
residence offered to a group for engaging in actions
teaching, rehearsals with local artists and finally a
concert setting. A true musical exchange, rather than a date in a
long list of concerts in Europe. And when we say “trade”, this
is not in the kind “you have a guitar and a djembe. Come! We will
remake the world that night on the beach “- that, that just deserves a good
splash of napalm – but “we’ll discuss, you will bring what you
can do, I’ll bring what I can do and we will surprise the entire

World »

“You’re a
little lost?
This is normal,
aPAtT it.

Alain Decaux
First step: primary school Alain Decaux Vendeville to save
with sixty students learned a tune by heart. The session will
used for a piece of Christmas which will be available on the website
group by year end. In the afternoon of December 12, the training
played a set for aérokids, a snack-concert where parents can
bring their children and to discover good music to their offspring.
And the set of aPAtT was calibrated for toddlers jumping whoop
in all directions, while being introduced to all possible kinds of
music. After an acoustic show at Wazemmes Modjo, the group
Repeated courses of thought. The lucky ones were Manu H. O.Z,
Luminocolor two musicians, three brass choirs and Free Zoon
Crick, male-Sicks Tourcoing. This last meeting is
surely the most unlikely, very serious Crick-Sick as usual
reluctant to secular music. Emmanuel Dernoncourt chairperson,
evidenced after a rehearsal of his baritone voice: “First they refused
the project, but our leader has found that it could be interesting for
another public meeting. And so he insisted we went there though
There was no apparent reason that we meet one day. It
exciting because they have qualities. What they do is very diverse, they play

all instruments. It’s great! It’s an experience, a mixture
wonderful. ” Manu, singer guitarist HOZ, said: “I was very
impressed by both their work and compositional versatility
music. I think it gives them the tools necessary to their madness
creative. They guided me and provided spaces of expression in their
Songs. ” All local groups seem to have much fun
qu’aPAtT experience, who loves sharing with other artists.

Gentlemen in tuxedos
Wednesday, December 15 is the long awaited concert. The sound of an aircraft
sonic boom without downtime, eclectic and joyful celebration
Music. For nearly two hours, the group and collaborators
premises showed incredible range, the nuances
extravagant. aPAtT rubbed to pop, the grind, to Brazilian music,
the sludge, funk and more. After a noisy moment of Hell
Luminocolor Manu HOZ of Free and Zoon, the group is quiet
harmonize with the Crick-Sicks, strange and timeless appearance of thirteen
gentleman in a tuxedo. The manly voice of the choir and venerable coupled
the music of the English sound like a grand finale to the evening. But the
group does not abandon us and continues to play again and again. The
audience screams. Unable to sit still. It washed out but happy. aPAtT
is above all the joy of invention, the sweat of envy. That you
like? It is normal aPAtT!

——-

le batteur prend le clavier, le guitariste se met à chanter et le second
clavier souffle dans un saxophone. C’est normal, c’est aPAtT. Et après un
doux moment de pop foutraque à la Bonzo Dog Doo-Dah Band, le groupe
offre une déferlante sludge qui fait saigner les enceintes. On peut parier
qu’ils changeront encore tous d’instruments et qu’ils délivreront un pastiche
bossa-nova ou une vignette klezmer. C’est normal, c’est aPAtT. Après ça,
comment ne pas être impressionné par ce collectif touche-à-tout et
insaisissable de Liverpool qui joue de la pop aussi bien que de la musique
contemporaine sous la forme de l’aPAtT Orchestra. Il est impossible de
cataloguer leur musique. Et tant mieux parce que c’est la dernière chose
dont ils ont envie. Ils bouffent à tous les râteliers avec génie. Pour faire
comprendre aux gens qui ne les ont pas vus en concert, on peut seulement
comparer leur démarche à celle d’autres groupes. Ils ont la folie amusante
et parfois potache de Mr Bungle, la soif de création des Mothers of Invention
et la déconstruction intellectuelle des Residents. Ils s’inspirent de tous les
styles pour créer de la musique sans limite aucune. Ils aiment
l’expérimentation mais une chose est sûre : ils font de la pop, dans le sens
le plus large et le plus noble du terme. Vous êtes un peu perdu ? C’est normal,
c’est aPAtT.
Après un premier concert en 2009, aPAtT a été invité une semaine en
décembre dernier pour le nouveau projet de l’Aéronef «BE MY GUEST» : une
résidence offerte à un groupe pour le faire participer à des actions
pédagogiques, des répétitions avec des artistes locaux et enfin à un
concert-création. Un vrai échange musical, plutôt qu’une date dans une
liste interminable de concerts en Europe. Et quand on dit « échange », ce
n’est pas dans le genre « j’ai une guitare et toi un djembé. Viens ! On va
refaire le monde cette nuit sur la plage » – ça, ça mérite juste une bonne
giclée de Napalm – mais plutôt « on va discuter, tu vas apporter ce que tu
sais faire, je vais apporter ce que je sais faire et on va surprendre tout le
monde »

L

«Vous êtes un
peu perdus ?
C’est normal,
c’est aPAtT.»

Alain Decaux
Première étape : l’école primaire Alain Decaux de Vendeville pour enregistrer
avec une soixantaine d’élèves un refrain appris par cœur. La session sera
utilisée pour un morceau de Noël qui sera disponible sur le site internet du
groupe en fin d’année. Dans l’après-midi du 12 décembre, la formation a
joué un set pour les aérokids, un goûter-concert où les parents peuvent
amener leurs enfants et faire découvrir la bonne musique à leur progéniture.
Et le set d’aPAtT était calibré pour que les bambins s’éclatent en sautant
dans tous les sens, tout en étant initiés à tous les genres possibles de
musique. Après un show acoustique au Modjo à Wazemmes, le groupe a
répété avec des formations du cru. Les heureux élus étaient Manu d’H.O.Z,
deux musiciens de Luminocolor, trois cuivres de Zoone Libre et les chœurs
masculins des Crick-Sicks de Tourcoing. Cette dernière rencontre est
sûrement la plus improbable, les très sérieux Crick-sicks étant d’habitude
peu enclins à la musique profane. Emmanuel Dernoncourt, leur président,
témoigne après une répétition de sa voix de baryton : « d’abord on a refusé
le projet, mais notre chef a trouvé que ça pouvait être intéressant pour
rencontrer un autre public. Et il a tellement insisté qu’on y est allé même s’il
n’y avait aucune raison apparente que l’on se rencontre un jour. C’est
passionnant car ils ont des qualités. Ce qu’ils font est très varié, ils jouent de

tous les instruments. C’est formidable ! C’est une expérience, un mélange
merveilleux ». Manu, chanteur guitariste d’H.O.Z, précise : « j’ai été très
impressionné, à la fois par leur travail de composition et par leur polyvalence
musicale. Je pense que cela leur apporte les outils nécessaires à leur folie
créatrice. Ils m’ont guidé et offert des espaces d’expression au sein de leurs
morceaux ». Tous les groupes locaux semblent avoir pris autant de plaisir à
l’expérience qu’aPAtT, qui aime échanger avec d’autres artistes.

Gentlemen en smoking
Mercredi 15 décembre, c’est le concert tant attendu. L’Aéronef retentit d’une
explosion sonique sans temps morts, une célébration éclectique et jouissive
de la Musique. Pendant près de deux heures, le groupe et les collaborateurs
locaux ont montré une palette incroyable, aux nuances les plus
extravagantes. aPAtT s’est frotté à la pop, au grind, à la musique brésilienne,
au sludge, au funk et j’en passe. Après un moment noisy d’enfer avec
Luminocolor, Manu d’H.O.Z et Zoone Libre, le groupe se calme pour
harmoniser avec les Crick-Sicks, apparition étrange et intemporelle de treize
gentlemen en smoking. Les voix viriles et vénérables de la chorale couplées
à la musique des Anglais sonnent comme une apothéose à la soirée. Mais le
groupe ne nous abandonne pas et continue de jouer encore et encore. Le
public crie. Impossible de rester en place. On sort lessivé mais heureux. aPAtT
c’est avant tout de la joie, de l’invention, de la sueur, de l’envie. Ça vous a
plu ? C’est normal c’est aPAtT !

Advertisements